La troisième personne dans le mariage

Quand Dieu amena Eve à Adam,  Adam dit.

On l’appellera femme (ihshah) parce qu’elle a été tirée de l’homme (iysh).   (Genèse 2:23)

En hebreu le mot « iysh » ( homme) et « ishshah » (femme) nous offrent  un beau symbolisme.

10. Homme femme

 

 

En hébreux, homme et femme s’écrivent de telles manières que les lettres principales peuvent s’indiquer l’une sous l’autre

 

Si on prend les lettres communes à homme et à femme, et qu’on y ajoute les lettres qui ne sont pas communes, il semble y avoir une tierce personne présente dans la combinaison de lettres.

 

En effet, si l’on considère les quatre lettres mises sur une seule rangée, la première et la troisième sont communes pour ‘l’homme’ et ‘la femme’. La deuxième et la quatrième lettre, qui ne sont pas communes, correspondent au nom de Dieu, à savoir Yahh, qui se traduit par Seigneur.

 

Le nom de Dieu, (la deuxième et la quatrième lettre) est formé par les deux lettres non communes à « l’homme » et à « la femme ». On pourrait dire que Dieu lie l’homme et la femme ensemble dans le mariage.

Quelques textes sur le nom de Dieu (Yahh).

Le nom hébreu de dieu, Yahh, se trouve notamment dans les textes suivants:

L’Eternel (Yahh) est ma force et le sujet de mes louanges, c’est lui qui m’a sauvé. Il est mon Dieu (El): je le célébrerai. Il est le Dieu (Elohiym) de mon père: je proclamerai sa grandeur.   (Exode 15:2)

Chantez en l’honneur de Dieu (Elohiym), célébrez son nom, préparez le chemin à celui qui s’avance à travers les déserts! L’Eternel (Yahh) est son nom: réjouissez-vous devant lui!    (Psaumes 68:5)

Eternel (Yehovah), Dieu (Elohiym) de l’univers, qui est puissant comme toi? Eternel (Yahh), ta fidélité t’environne.   (Psaumes 89:9)

Le nom «  Yahh » se retrouve également dans alléluia, qui est la contraction de deux mots hébreux « Yahh »  et « halal », et qui signifie « Gloire au Seigneur », notamment dans les textes suivants:

Après cela, j’entendis dans le ciel comme la voix forte d’une foule immense qui disait: Alléluia (halal Yahh)! Le salut, la gloire et la puissance sont à notre Dieu.   (Apocalypse 19:1)

Un second symbolisme concernant la troisième personne dans le mariage.

Un second symbolisme concernant  la troisième personne dans le mariage se trouve dans le texte de l’Ecclésiaste.

… la corde à trois fils ne se coupe pas facilement.   (Ecclésiaste 4:12)

Frans Drievoudig snoer

L’explication de la corde à trois fils dans une étude distincte.

Si on exerce une traction sur une telle corde, cela crée une tension interne, les brins seront pressées les uns contre les autres, car ils sont enroulés  l’un autour de l’autre.

Lorsqu’il y a de la tension dans le mariage, les trois partenaires seront fermement pressés les uns contre les autres.

 

Mais si la tension est trop forte, la corde risque de se rompre.
Si un brin est détendu, il va perdre automatiquement  le contact avec les deux autres.
Si un des conjoints perd le contact avec Dieu, leur relation va en souffrir.
L’homme ou la femme qui aura une relation sans amour avec sont partenaire, va s’apercevoir aussi que sa relation avec Dieu n’est plus aussi bonne.

Dieu, comme force, dans la corde du mariage ne perdra jamais sa tension interne. Il désire toujours que le mariage, comme la corde à trois brins soit harmonieux et que s’il existe des tensions entre les époux, qu’ils viennent chercher auprès de lui le renouvellement de leur unité.

 

Voir les études:

 

Télécharger cette étude en PDF:
La troisième personne dans le mariage.